Académie Beauxbâtons


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Flânerie dans le parc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Mélusine Calaelen

avatar

Famille : Adulte
Date d'inscription : 03/08/2011
Matière Préférée Métamorphose

MessageSujet: Flânerie dans le parc Ven 4 Mai - 10:04

    Le soleil commençait à réchauffer l'atmosphère de l'académie française, faisait ainsi fuir les derniers souvenirs de l'hiver plutôt rude qu'il venait d'essuyer. Pour le moment, la jeune femme essayait d'esquiver les flaques d'eau créées à la suite d'une récente giboulée, les bras chargés de formulaire d'assurances et d'inscription diverse. Tous portants bien évidements la mention urgente, tamponné en rouge dans un coin. Comme si elle n'était pas au courant du retard qu'elle avait accumulé. Décidant de travailler un peu à l'air libre, la jeune femme prit la direction du parc, pour prendre un petit bain de soleil, un tant soit peu humide, mais elle si ferait. Depuis son retour de Durmstrang où elle était allé clarifier les derniers point du tournoi avec la direction Bulgare, elle avait renoncé à ses longues robes d'époque renaissance, prenant un style plus actuel et pratique fallait l'avouer. La voilà donc, en train de déambuler, en jean, botte chaude, car le fond de l'air était toujours un peu frai pour sortir des nu-pieds et une blouse blanche, un peu flottante, surmonté d'une veste en cuir beige. Lorsqu'elle trouva un petit bosquet libre, agrémenté d'un banc de marbre blanc, elle décida qu'il ferait l'affaire et si' installa après l'avoir séché d'un coup de baguette. Les fesses humide, très peu pour elle. Mélusine croisa les jambes et pris le premier dossier de la pile et l'ouvrit en souriant.
    Le programme de DCFM trônait en bonne place sans plus attendre, d'un coup de baguette, il se transforma en oiseau de papier, s'envolant vers le nouveau professeur de la matière. Puis elle s'attaqua aux dérogations pour pouvoir transporter ses élèves sur l'ile prévue pour le tournoi. Certains parents avaient poussé jusqu'à lui envoyer des beuglantes, refusant tout net que leurs petites têtes blondes quittent le territoire français. Allez leur faire comprendre que la Nouvelle-Calédonie était française, une pure perte de temps. Bref, sortant rapidement un stylo et oui, exit les plumes démodées et elle contresigna les documents les plus importants avant de les faire partir, tel une nuée de petits oiseaux. Au bout d'un moment, elle décida de se lever et de profiter de ce moment de solitude pour s'exercer un peu à son art de prédilection. C'était pas tous les jours, que personne ne venait lui casser les pieds, où qu'aucune beuglante de déboule pour lui vriller les tympans. C'est ainsi que le bosquet de rosier se transforma en arbre de barbe-à-papa, avec en guise de fruit des pommes d'amour, avec un parterre de fleur sucette. Miam, alléchant tout ça. Aurait-elle des envies particulières ? Allez savoir qu'elle moyen elle avait trouvé pour se tenir chaud durant son voyage dans le nord...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Eddard McAllister

avatar

Famille : Adulte
Date d'inscription : 01/05/2012
Matière Préférée DCFM
Citation S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème.

MessageSujet: Re: Flânerie dans le parc Ven 4 Mai - 10:41

    Tiens, un piaf.

    Enfin, plus précisément, un oiseau en papier qui a traversé sans doute toute l'école pour me trouver moi, passant par la fenêtre ouverte pour se déposer devant moi. Je pourrais croire à un joli origami, très réussi même, mais on est chez les sorciers, alors … Je doute que quiconque ici ait la patience de faire ce genre de truc à la main.

    Sans compter qu'un origami, ben ça vole pas.

    Quelle drôle d'idée, quand même. On fait des hiboux, des oiseaux dressés spécialement pour cette fonction : porter des messages. D'accord, c'est un peu vieux-jeu, voire franchement dépassé (c'est pas que ça date du Moyen-Âge et que depuis on a inventé les sms et les mails, mais …) mais les sorciers ont une fâcheuse tendance à vouloir refuser la modernité. La preuve en est qu'ils se baladent sur des balais en écrivant avec des plumes tout en étant constamment habillés par des robes. Nan mais sérieux ? Vous y croyez vous ? Enfin, les moldus sont pas mieux, croyez-en ma longue expérience …

    Mais j'ai légèrement dévié, là, je crois. Où en étais-je ? Ah oui, l'oiseau. Je le déplie (RIP …) et lis le contenu du message. Tiens, un programme de cours … Ô joie, c'est vrai que prof, je vais devoir faire cours … Ha, je sens qu'on va rigoler quand ce sera le cas. Surtout pour la partie « Vampire » du programme … je vois le truc « Bon, on va utiliser ce sortilège là .. Non, pas vers moi ! » … Je ne peu t retenir un sourire. Mais je pense qu'il est temps de rendre une petite visite à cette direction si bohème … Je replie l'oiseau, songeur … Mélusine … Ca me rappelle des souvenirs, tiens. Une lointaine légende sur une fée qui piégea un magicien … Tant que ce n'est pas de celle-là qu'il s'agit …

    Bon, lui rendre visite, donc. Pour ça, encore faudrait-il savoir où elle se trouve. Dépliant mes doigts, je laisse l'oiseau se consumer en vol, tombant en cendre sur mon bureau, puis souffle dessus. Les cendres glissent inégalement, laissant apparaître le mort « Parc ». Soit, direction le parc alors. Je range vite fait le bureau puis me sort en fermant la porte. Avant de franchir la porte externe d l'institut, je vérifie vite fait que j'ai bien mon amulette autour du cou, puis enfile des lunettes de soleil et sors. J'ai chaud, bien trop chaud, mais la luminosité est encore supportable grâce aux nuages qui passent. Je ne m'attarde cependant pas et gagne bien vite le couvert des arbres, bien plus rassurant. Un peu plus loin, à côté d'un banc, une jeune femme occupée à faire de la magie me tourne le dos. Je m'arrête 30 secondes, incrédule.

    Mais qu'est-ce que c'est que ce truc ? De la barbe-à-papa, des sucettes, des pommes d'amour ? Oh mon dieu une folle ! Sauf que pas de bol, c'est bien à elle qu'il faut que je parle … D'un coup, je ne suis plus sûr de ce que je voulais lui dire … Tant pis, je reprend mon habituel sourire charmeur et m'avance.

    « Miss Calaelen?

    J'attends qu'elle se retourne pour continuer. Parler à un dos n'est vraiment pas super, vous ne croyez pas ? Sauf que lorsqu'elle se retourne, une chose me frappe. Elle est marquée. Mauvais pour moi, ça, très mauvais. Peu de chance qu'elle sache rien qu'en me regardant qui je suis, mais il faudra que je fasse d'autant plus attention avec elle qu'avec les autres. Mais si je suis étonné, cela ne dure qu'à peine une seconde et mon sourire s'agrandit.

    « J'ai bien reçu votre missive, je me suis dit qu'il fallait que je vienne vous saluer. »

    Ce qui fut ma plus mauvaise idée de la journée, il semblerait. J'hésite à lever la main et faire coucou en disant « Bon, eh bien alors … salut ! » c'est tentant, mais avouons-le, pas très correct. Mon regard se repose sur les transformations apportées au lieu.

    « Jolie métamorphose, c'est votre spécialité ? La matière, pas les sucreries ... »

    Bonjour, nous sommes une phrase bateau et une vanne nullissime lancées dans une conversation qui ruine une réputation avant même qu'elle soit créée ! Enfin bon, pour ce que j'en ai à faire, des réputations ...

_________________
Prince Charming might be Bloody Unexpected.
Eddard aime beaucoup les gâteaux au citron, à votre bon cœur m'sieurs-dames o/
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine Calaelen

avatar

Famille : Adulte
Date d'inscription : 03/08/2011
Matière Préférée Métamorphose

MessageSujet: Re: Flânerie dans le parc Ven 4 Mai - 12:08

    La jeune femme, toute à ses friandises, n'entendit pas immédiatement son nouveau professeur arriver. Lorsqu'il l'accosta, elle se retourna, souriante et avenante. C'est alors qu'elle crut déceler un instant une expression de surprise si fugace, qu'elle se dit qu'elle avait dû l'imaginer. Sans plus en tenir compte, elle répondit à ses mondanités, dont la maladresse la faisait encore plus largement sourire. L'impressionnerait-elle ? Non, elle divaguait vraisemblablement.


    [Pondu le 6 avril à 20h27]

    « Oui, il s'agit bien de la matière que j'enseigne ici. Et ravie de vous rencontrer. J'espère que l'académie répond à vos attentes. »

    La jeune femme se rappela alors son nom. McAllister. Ce dernier lui était familier mais, elle n'arrivait pas à remettre une tête dessus. Décidément, elle manquait d'exercice mentale et pratique. Sa Barbe-à-papa, ne sentait pas aussi bon qu'à l'accoutumé. Elle avait mollit durant ses petites vacances prolongé. La jeune femme ne put s'empêcher de sourire en repensant à ce qu'elle avait fait là-bas et cela fit tilt.

    « Vous ne seriez pas parent avec une certaine Elizabeth par hasard ? »

    Elle n'avait pas croisa la petite vampirette directement, mais son compagnon lui en avait vaguement parlé. Suffisamment pour se souvenir, que les vampires poussaient comme des champignons en Bulgarie. D'un geste vague de la main, elle rendit leur apparence normale au buisson de roses blanche et rouge qui s'entremêlaient affectueusement. Elle n'avait aucune idée s'il avait un quelconque rapport avec la fillette, mais cela pourrait être amusant. Rapidement, d'un geste de baguette, elle fit disparaitre ses dossiers encombrant pour écouter attentivement Eddard. Il venait d'arriver et connaissant sa situation, il risquait d'avoir besoin d'accommodations au sein de l'académie. Gracieusement, elle s'assit sur le banc, suffisamment au bord pour qu'il puisse s'asseoir également, sans que la situation soit ambiguë.

    « Pour ce qui est du programme que je viens de vous envoyer, vous pourrez y apporter des modifications si vous le jugez bon. »

    Elle-même ne respectait pas le sien, n'en faisant qu'à sa tête, le plus important était que les élèves apprennent ce qui leur sera utile, peu importe l'ordre. La question sous-entendue sur Elizabeth, était bien sûr de savoir s'il pouvait avoir des liens avec les vampires qui résidaient en Bulgarie. Patiente, elle attendit.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Eddard McAllister

avatar

Famille : Adulte
Date d'inscription : 01/05/2012
Matière Préférée DCFM
Citation S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème.

MessageSujet: Re: Flânerie dans le parc Ven 4 Mai - 14:37

    Bon, sous-directrice et professeur de Métamorphose, alors. Quel charmant personnage ! Se la mettre dans la poche est de toute évidence recommandé si je veux faire de vieux os ici. Dangereuse, mais intéressante. Le pire mélange qui soit. Vous croyez que j’i la poisse ? Un jour il faudra que je me penche sur la question. Je ne réponds pas tout de suite à sa question sur l’académie. Je viens d’arriver, quelles attentes je pourrais bien en avoir ? Je ne suis pas vraiment le genre de type hyper coincé qui veut d’une école parfaite, aseptisée avec des élèves qui marchent au pas. Au contraire, ce qui serait cool, c’est qu’on mette du rock à fond et que tout le monde danse !

    Hum. Peu probable, n’est-ce pas ?

    Elle fait disparaître d’un geste les sucreries du lieu, lui redonnant un aspect légèrement plus normal. Et sans baguette en plus. Rectification, très bonne magicienne, indispensable de l’avoir avec soi. Je m’assois à côté d’elle sur le banc, suffisamment prêt pour être légèrement audacieux, suffisamment loin pour n’être pas envahissant. Ah, les femmes … M’enfin il ne faut pas que j’oublie que celle-ci est prise, quand même, je ne voudrais pas de soucis.

    Elizabeth, Elizabeth … J’ai beau réfléchir, nope, ça ne me dit rien. Cela dit, mes relations familliales sont légèrement … inexistantes, pour le moment. Peut-être que mon frère a eu une descendance qui elle-même a eu une descendance, qui elle-même … Bref, bla bla bla, et voilà une Elizabeth McAllister dans la famille. C’est très probable. Mais je n’en suis pas certain, alors je ne voudrais pas m’avancer, surtout que si celle-ci fait partie de la famille, alors elle doit être une vampirette aussi, et ça c’est plutôt mauvais pour moi si Mélusine venait à faire le rapprochement. Technique ultime : la fuiiiiite ! Pas possible ici malheureusement, et le détournement de conversation serait vraiment trop grillé. Bon, ben pas le choix alors … Semi-mensonge, et le tout le plus naturellement du monde.

    « J’avoue que ce nom ne me dit rien, mais la famille McAllister est très étendue, il est possible que nous soyons parents. J’espère qu’elle ne vous a pas importuné si c’est le cas … »

    Et hop, un petit sourire en coin, en faisant glisser mes yeux de son visage vers le sol, puis remontant vers le ciel. Hum, encore quelques bons nuages, je devrais pouvoir rester dehors encore quelques temps, sauf si quelqu’un s’amuse avec la météo. Au pire il doit y avoir des arbres pas très loin, un bond et j’y serai tranquille. Mais revenons la conversation plutôt.

    Modifier le programme ? Bon, j’avoue que sauter un ou deux cours pourrait être pas mal, mais ça je ne vais pas lui dire. Ça pourrait lui mettre la puce à l’oreille, après tout. Je pense commencer dans pas longtemps, il faudra que je vérifie sur mon emploi du temps … Oui, dans quelques jours je devrais être apte. Ma seule réponse fut donc un sourire alors que je reposais mes yeux sur elle. Je laissais passer un petit temps, tournant à nouveau mon regard vers le ciel.

    « L’académie semble très calme en tous cas. Je dois avouer que ça faisait longtemps que je ne m’étais pas posé comme ça, tranquillement. »

    Je la regarde à nouveau (la vache, j’vais finir par attraper un torticolis moi à force !) et lui sourit, charmeur mais doux, limite amical (Ultra bright powaa).

    « Je sens que je vais me plaire, ici. »

    Moi ? La draguer ? Mais bien sûr que non, c’est une attitude totalement naturelle pour moi, inutile de sortir les violons juste pour ça ! D’ailleurs, si elle est vraiment Calice, elle devrait être moins sensible à ce charme naturel qui nous caractérise …

    Plutôt un bon point, ça. Peut-être que je ne suis pas si poissard que ça, au final ?

_________________
Prince Charming might be Bloody Unexpected.
Eddard aime beaucoup les gâteaux au citron, à votre bon cœur m'sieurs-dames o/
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine Calaelen

avatar

Famille : Adulte
Date d'inscription : 03/08/2011
Matière Préférée Métamorphose

MessageSujet: Re: Flânerie dans le parc Ven 4 Mai - 19:56

    La jeune femme se le regarda sourire. Il avait l’air gentil, elle espérait qu’il se comporterait de pareilles manières avec ses élèves. Mélusine regarda le ciel, toujours nuageux, un peu triste.

    « J’espère bien que vous resterez longtemps parmi nous. Sinon, qu’est-ce qui vous à pousser à postulé à Beauxbatons ? Le climat ? Le niveau ? »


    Ce n’était pas elle qui s’occupait du recrutement des professeurs, c’était Romulus, le directeur, et la jeune femme était curieuse de connaitre les motivations de l’homme qui se tenait à coter d’elle. D’un geste furtif elle effleura son ventre, pensive, avec un léger sourire. Mais ce ne fut l’affaire que de quelques secondes seulement. Et elle se tourna à nouveau vers lui en souriant, elle était lumineuse.


    « Y-t-il des plats que vous adorez ? Que vous voudriez voir au menu des repas ? C’est moi qui m’occupe des cuisines et du confort des résidents de l’académie et des élèves. Si vous avez une requête faite la moi savoir. »

    La jeune femme semblait heureuse, un peu trop ? En tout cas, elle ne tenait pas en place. Rapidement elle se remit debout et se tourna vers les arbres du pars et regarda Eddard.

    « Marchez un peu vous dit ? »

    Elle avait envie de se dégourdir les jambes, et la fraicheur de la foret lui faisait envie. Elle pourrait en profiter pour vérifier que les fées de l'école était revenue nicher.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Eddard McAllister

avatar

Famille : Adulte
Date d'inscription : 01/05/2012
Matière Préférée DCFM
Citation S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème.

MessageSujet: Re: Flânerie dans le parc Ven 4 Mai - 21:57

    Rester longtemps ? Mais très chère, je pourrais rester l’éternité que cela me serait possible … Seulement je doute que vous appréciiez que je le fasse, si cela se savait. Peut-être pas vous, vu votre engagement, mais les autres … La première réaction en entendant le mot « vampire » est rarement de se jeter dans ses bras, il est bien plus probable qu’ils se saisissent de torches et de baguettes magiques et tentent de me brûler vivant. Je retiens un frisson à cette pensée. Mais ma voisine a l’air un peu triste, soudainement … Allons demoiselle, séchez vos pleurs, il ne sert à rien de laisser votre esprit s’embrumer autant que le ciel … Je lui souris chaleureusement.

    « Je l’espère aussi. C’est … disons, la nouveauté qui m’a attiré ici. »

    Oui, la nouveauté. Je n’ai encore jamais été professeur, c’est un défi plutôt tentant. Après, pourquoi Beauxbâtons ... eh bien ce fut le hasard, un concours de circonstances, banalement. Mais comment lui expliquer sans me trahir que je voulais changer, encore une fois, de vie ? Hum, il y aurait peut-être un moyen … Oui, ça se tente.

    « J’ai été Auror dans une autre vie, alors la DCFM … Forcément, ça m’a parlé. »

    Une autre vie. Nul besoin de préciser laquelle, ni s’il y a eu interruption entre les deux. Et puis si elle cherchait un auror McAllister, elle en trouverait un, certes il aurait le même nom, mais aucune image ne pourrait prouver que nous étions la même personne … Et en plus, cet Eddard là est mort en Russie il y a bien longtemps, alors … Les joies de la réincarnation, dirons-nous …

    Je rigole doucement pour le menu des repas. Je me vois mal répondre « Eh bien, j’aime particulièrement le O négatif, ça a une saveur incomparable. » Ça pourrait être drôle pourtant, vous ne croyez pas ? Mais ce serait complètement suicidaire. Aussi je réponds seulement des choses normales.

    « J’ai un faible pour les gâteaux au citron, en fait. Ça peut paraitre dérisoire, mais je pourrais en manger en continu. »

    Et en plus, ce n’est même pas un mensonge ! J’aime vraiment leur goût. Bon, ce n’est absolument pas nourrissant, ni énergétique, mais c’est tellement délicieux ! J’en mangerais jusqu’à exploser ! En plus, c’est bien plus inoffensif qu’une poche de sang. Si jamais elle arrive à me dégoter ces petites merveilles …. Aaaah, je ne sais pas ce que je ferai, mais décidément je l’adorerai !

    Elle se lève ensuite, et rejoint le couvert des arbres. Ah, là, j’adhère pleinement ! Sans un bruit, glissant sur le sol comme un fantôme mais mesurant ma rapidité, je la retrouve, murmurant un « Avec plaisir » tout doucement, comme pour ne pas troubler le calme du lieu, et lui proposant mon bras. Booon, d’accord, c’est très vieux-jeu, mais que voulez-vous, à mon époque, c’est comme ça qu’on faisait ! La politesse élémentaire … Et puis si elle n’en veut pas, elle n’a qu’à le refuser. Ça ne me vexerait pas plus que ça.

_________________
Prince Charming might be Bloody Unexpected.
Eddard aime beaucoup les gâteaux au citron, à votre bon cœur m'sieurs-dames o/
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine Calaelen

avatar

Famille : Adulte
Date d'inscription : 03/08/2011
Matière Préférée Métamorphose

MessageSujet: Re: Flânerie dans le parc Sam 5 Mai - 16:29

    Mélusine regarda le bois tout en écoutant attentivement les réponses du professeur et sourit à l’évocation du dessert au citron. Lorsqu’il se leva pour la rejoindre, se fit si rapide et silencieux, que, si elle n’avait pas des sens aussi aiguisait, elle ne l’aurait jamais entendu. Intriguait, elle l’observa en coin, ses manière lui rappelant vaguement celle de Vlad. Même si Eddard était beaucoup plus avenant, ils n’en restaient pas moins tout deux d’une discrétion impressionnante dans les déplacements, comme s’ils planaient au-dessus du sol et d’un charme particulier. Elle se rappela également, le léger tic qu’il avait en la voyant et qu’elle avait préféré ignorait. Aurait-il sentit quelque chose ? C’est avec un sourire innocent, qu’elle prit le bras qu’il lui offrait, les guidant à travers les arbres, s’éloignant des quelques discret rayon de soleil qui auraient pu filtrer à travers les nuages.

    « Avec ou sans meringue ? »

    La tarte bien sûr, mais il devait s’en douter vu que c’était le prolongement de la conversation. Et alors qu’ils se déplaçaient tout deux comme des ombres, le pas léger est silencieux, elle n’attendit pas sa réponse pour enchainer sur une autre question.

    « Il ne fait pas vraiment beau aujourd’hui. Mais peut-être préférez-vous lorsqu’il y a moi de soleil. »

    Tout chez elle respira l’innocence, du sourire à l’intonation de voix, rien ne pouvez présumer qu’elle se douter de quelque chose. Elle lui avait tendu une perche, une occasion de se livrer, libre à lui de la saisir ou non. Elle ne le forcerait pas, après tout, tant qu’il était un bon professeur, sa nature profonde. Lentement, elle les guida sur le tapis de mousse verte qui s’étalait comme un tapis moelleux sur le sol. S’arrêtant de temps à autre pour regarder les botrucs qui couraient autour d’un arbre signalant une nichée de fées dont ils étaient friands. Sans lâcher son bras, elle se hissait sur la pointe des pieds, regardant à l’intérieur d’un creux ou d’un nœud pour vérifier la bonne santé des habitants tout en souriant.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Eddard McAllister

avatar

Famille : Adulte
Date d'inscription : 01/05/2012
Matière Préférée DCFM
Citation S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème.

MessageSujet: Re: Flânerie dans le parc Sam 5 Mai - 23:47

    Je marche à côté d’elle, détendu. Elle a pris mon bras sans chichis, simplement, innocemment. Avec ou sans meringue … Quelle bonne question ! Excellente à vrai dire. La meringue est tellement bonne … Quoiqu’un peu collante. A mois que je ne confonde avec la pâte d’amande ? Hum, troublant. Avec ou sans … Une simple question, une simple question, avec deux possibilités. Et moi qui me prends tout seul comme un grand la tête à savoir si je dois dire « oui » ou « non » … Mais on m’a pas demandé en mariage pourtant ! Malgré ça, la réponse est essentielle, avec ou sans ? Mamma mia …

    Cela étant, je n’ai pas fini ma réflexion que déjà elle enchaîne. Et là, je tique. Sa phrase est-elle réellement sans aucune arrière-pensée comme elle voudrait me le faire croire ? Ou bien ce sourire enfantin cache-t-il des pensées bien plus sombres ? Sait-elle ? Mais comment pourrait-elle ? Me suis-je trahi ? Comment ? Tant de questions, et cette fois pas une seule réponse … Sa remarque peut exprimer tout ou rien, une simple badinerie météorologique ou des sous-entendus plus secrets …

    Ah, ce que la vie peut-être compliquée parfois !

    Même quand on est mort. C’est dire.

    Enfin pour quelqu’un qui risque possiblement de peut-être penser qu’il y a une infime chance (oui, ça commence à faire beaucoup de probabilités là, je suis d’accord) pour qu’elle se ballade avec un vampire, elle n’a pas l’air bien inquiétée. Gare, madame, tous sont charmants, mais peu sont inoffensifs … Mais que lui répondre ? Bon, d’abord la meringue. C’est plus important.

    « Non, merci. Cela a tendance à gâcher le goût du citron. »

    Oui, l’acidité du citron, voilà où réside tout le délice de la chose ! La meringue la cache un peu, c’est dommage.

    Bon, revenons-en à cette histoire de grandes dents. Je profite qu’elle regarde dans des troncs d’arbres -je me demande bien pourquoi … Mais je ne vais pas lui demander, en tous cas pas pour l’instant- pour réfléchir plus sérieusement. J’arrive à cette conclusion.

    Soit je ne dis rien, décide de prendre la remarque pour ce qu’elle est au premier degré, et je suis dans une impasse car je ne sais absolument pas si elle se doute de quelque chose ou pas.

    Soit je lui avoue tout, mais je risque des ennuis à répétition si je me suis trompé. Et encore, plutôt que des ennuis je risque le feu de joie. Charmant.

    Ou alors … Il faut la jouer fine. Répondre apparemment innocemment mais sous-entendre bien plus. Un peu comme ce qu’elle a fait, en fait. Ah, tu parles d’une misère ! Moi qui étais venu ici pour m’amuser … Quoique, si on excepte que ma vie est en jeu, c’est plutôt divertissant. Mais ans l’exception … Ça l’est beaucoup moins.

    « Oh, le temps n’est pas si affreux. Derrière les nuages il y a le soleil qui brille. »

    Alors qu’elle a fini son inspection, entre deux troncs d’arbres à vérifier, je l’attire d’un mouvement doux mais sans appel plus proche de moi, et surtout face à moi. Mode vampire charismatique ON. Je ne sais pas très bien comment ça marche ce truc, certains parlent de phéromones, d’autres d’une lumière scintillante, d’autre encore d’hypnose, mais toujours est-il que ça marche. Comment croyez-vous que les vampires les plus sanguinaires arrivent toujours à avoir l’air classe même barbouillés de sang ? Le charisme vampirique ! Y a que ça de vrai.

    « Mais je ne voudrais pas que son éclat ternisse le vôtre … »

    Mes yeux dans les siens, je prends de ma main libre la sienne qui était sur mon bras, et la porte à mes lèvres pour déposer dessus, comme une légère caresse, un baiser. Bon, là, en principe, si elle est seule dans sa tête, elle a trois choix : se jeter à mon cou, tomber dans les pommes, ou les deux à la suite. Si elle n’est pas seule … Eh bien si elle n’est pas seule, soit elle a compris mon manège et je meurs ou bien je saute de joie dans quelques minutes, soit elle n’a pas compris et elle me trouve franchement lourd ou très rapide. Dans tous les cas, son lien avec son vampire devrait la prémunir de cet enchantement si particulier qui m’entoure … Alors ma réponse, moi, je suis sûr de l’avoir.

    Allons mademoiselle, vous n’escomptiez pas que je me livre sans que vous le fassiez également, non ? Comme on dit, donnant-donnant. Est-ce vraiment juste une impression tenace, ou appartenez-vous vraiment à quelqu’un ?

_________________
Prince Charming might be Bloody Unexpected.
Eddard aime beaucoup les gâteaux au citron, à votre bon cœur m'sieurs-dames o/
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine Calaelen

avatar

Famille : Adulte
Date d'inscription : 03/08/2011
Matière Préférée Métamorphose

MessageSujet: Re: Flânerie dans le parc Dim 6 Mai - 11:09

    « Je prends note qui vous les préférez sans meringue. »

    Mélusine sourit devant la situation un peu bizarre dans laquelle les mettait leur conversation. Si quelqu’un écoutait, il n’y comprendrait goutte. Malgré tout, ce détail avait son importance et elle le nota mentalement dans un coin de sa tête, déjà bien chargé de post-it en tout genre. Du « pensez à dire à Rom que l’on a plus de savon! », en passant par le « Les beuglante : plus jamais autorisé à entrer dans mon bureau. », jusqu’au « prévoir le prochain cours. ». Même un legilimens avertit s’y perdrait. Alors qu’elle reprenait, l’air de rien leur avancé à l’ombre, il lui confirma ce qu’elle pensait. Certes, le soleil était bien présent, mais heureusement, bien caché par les nuages. Alors qu’il se montrait d’une audace sans limite, elle n’eut plus des doutes, mais des certitudes. Il s’évertuer à exposer tous ses charmes à la jeune femme, mélange subtile de finesse et vieux-jeu. Elle ne sut dire si le compliment était sincère, ou si juste il ne faisait que confirmer ce qu’il était. Dans tous les cas, elle ne se déroba pas, se contentant de sourire, un brin de malice dans le regard.

    « Hé bien, cher Eddard. On peut dire que vous ne manquez pas de mordant, si je puis dire. »

    Mélusine souriait, sans peur ni accusation. Pour elle, il aurait pu être une harpie que cela n’aurait rien changé. Pour son école, elle ne voulait que les meilleurs professeurs. Et le directeur également. Mais il ne se livrait pas vraiment, semblant juste jouer, ou chercher quelque chose. Un instant, elle eu envie de toucher la peau de son cou, avant de se dire que c’était inutile. Il n’y avait aucune marque visible. Alors, toujours sur le ton du badinage, elle continue leur discussion, s’écartant légèrement de lui.

    « Mais il serait dommage que l’on nous surprenne ainsi. La situation pourrait-être fâcheuse si mon compagnon venait à l’apprendre. »

    Elle ne disait rien sur la véritable nature de l’homme qui était dans sa vie. Mais son professeur devait se douter de quelque chose, sinon il n’agirait pas ainsi. Risquant sa place en froissant la jeune femme. Mais ce jeu, elle le trouvait plaisant. Un peu comme si son vampire à elle, était là près d’elle plutôt qu’en Bulgarie.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Eddard McAllister

avatar

Famille : Adulte
Date d'inscription : 01/05/2012
Matière Préférée DCFM
Citation S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème.

MessageSujet: Re: Flânerie dans le parc Dim 6 Mai - 23:51

    Bingo ! Haha, j’avais ma réponse. Bon, elle aussi apparemment, me confirmant ainsi qu’elle n’était pas stupide. Bon point, ça. Mais dangereux quand même. Je décide de lui laisser une petite chance, vu qu’elle n’a pas l’air trop antipathique. Plutôt que d’effacer sa mémoire, enfin essayer plutôt, je ne sais pas bien si ça marcherait sur elle … voyons voir où tout ça va nous mener. Elle ne bouge pas, ne s’enfuit pas, ne semble même pas éprouver la moindre peur. Inconsciente ? Ou bien très chanceuse d’être tombée sur ce fameux « compagnon » qui soit parmi les quelques vampires assez délicats … Ou alors juste complètement folle.
     
    Allez savoir.
     
    Je souris à sa remarque. Je ne manque pas de mordant ? L'expression est originale. Ça, c’est bien la première fois qu’on me le dit. Cela m’amuse, réellement. Mais je doute que la mordre pour lui prouver cela soit l’idée du siècle. En tous cas ça risquerait d’être ma dernière idée. Qu’elle survive ou pas, d’ailleurs, vu que l’autre risque de ne pas apprécier que je lui emprunte son bien … Et qu'il le saurait à l'instant où je le ferais. Étrange lien. Je ne voudrais pas le vexer. Mais pourtant, jouer à ce jeu est tellement plaisant … Je crois que cela me manquait, au fond, de trouver quelqu'un qui puisse me répondre comme ça. Autant en profiter, le temps que ça durera. Car ça ne sera jamais éternel ...

    Ma main gauche tenant sa main, je laisse ma main droite lui effleurer la joue, déblayant de son cou les quelques mèches qui le cachent. Je suis chaque fois étonné de voir à quel point les régénérations chez certaines personnes peuvent être rapides, surtout les liées. Cela doit dépendre de la manière dont est faite la morsure je suppose. Elle même n'en avait aucune trace, en tout cas. Ma main s'attarde sur son cou et je l'attire à moi, comme pour l'y mordre … me contentant au final de remonter ma tête de quelques centimètres et de lui chuchoter quelques mots à son oreille. Et puis comme ça, je reprends sur sa dernière remarque en même temps.

    « Les apparences sont parfois trompeuses, madame ... »

    Puis je m'éloigne d'elle, souriant encore et toujours. Si elle savait tout ce que peuvent contenir ces quelques mots … Enfin pour l'instant, il était vrai qu'un observateur impromptu pourrait nous croire bien plus proches que nous ne le sommes, ce qui ne serait avantageux pour aucun d'entre nous. Elle voulait bouger ? Très bien. Je repose sa main sur mon bras et l'entraîne plus profond dans les bois. Je n'ai aucune envie de lui faire peur, je doute d'y parvenir sans y aller très fort d'ailleurs -ce dont je n'ai vraiment aucune envie pour le coup- mais je ne me vois pas rentrer vers le château maintenant. Trop tôt, autant profiter encore un peu de la ballade, et donc continuer le chemin que nous avions commencé à emprunter. Après quelques pas en silence, je reprends.

    « Je dois avouer envier votre compagnon madame ... Mais je ne voudrais pas l'énerver en lui volant son bien, alors je vous rassure, vous n'avez rien à craindre. »

    Hum, jolie reprise Ed'. Je m'étais pourtant bien dit de faire attention. Les envolées sentimentales, un jour, promis, je maîtriserai mieux. En attendant, il faut que j'apprenne à la fermer pour éviter ce genre de truc où je manque raconter ma vie. Elle n'a aucun besoin de savoir que je suis seul … Du coup j'ai dévié la conversation sur elle et son fameux « compagnon ». Je me demande bien qui c'est, et si je le connais … Qui sait, peut-être est-ce le cas ? J'en ai croisé bien des gens … En tout cas c'est vrai, je n'ai aucune intention de lui sauter dessus, pour quoi que ce soit d'ailleurs.

    En y réfléchissant après coup, ça ne va peut-être pas lui plaire que l'appelle « bien » … Boarf, tant pis. Ce qui est dit est dit, je ne reviendrai pas dessus. Même si vu comment elle a l'air de tenir à lui, il me paraît évident qu'elle n'est pas un simple « bien » pour lui. Oh oui, elle y tient à son vampire. Ça ne crèverait peut-être pas les yeux d'un humain, mais moi, on ne me trompe pas. Je sais ce que c'est que l'absence de celui, ou celle, qu'on aime … Alors autant mettre les choses au clair.

    « Et puis, n'être qu'un ersatz risquerait de me vexer, moi ... »

    Non mademoiselle, tu ne le retrouveras pas lui en moi … Même si je serais loin de me vexer pour si peu, inutile d'attendre de moi les mêmes choses que de lui. Désolé. Mais sans rancune, hein ? Et puis, la phrase n'était pas dite méchamment, mais avec le sourire … Tout passe mieux avec le sourire, j'ai remarqué. Même les pires horreurs, même si là on en est loin. Nous pouvons jouer tant que nous le voudrons, mais qu'elle n'espère pas de moi une réelle sincérité … Trop tôt. Trop tôt, et pas assez … Eh bien, pas assez réel, comme engagement, justement.

_________________
Prince Charming might be Bloody Unexpected.
Eddard aime beaucoup les gâteaux au citron, à votre bon cœur m'sieurs-dames o/
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine Calaelen

avatar

Famille : Adulte
Date d'inscription : 03/08/2011
Matière Préférée Métamorphose

MessageSujet: Re: Flânerie dans le parc Mar 8 Mai - 16:46

    Le jeune homme allait d'audace en audace, mais au moins, elle était sur d'une chose. Il faisait partie du même peuple que Vlad. Par contre, il n'avait apparemment pas la même vision que lui sur le calice. Certes, la jeune femme n'allait pas lui faire la leçon, surtout que son vampire était peut-être une exception. Finalement, il la relâcha après quelques paroles énigmatiques, dont il semblait parfaitement maitriser les effets. C'est d'un pas toujours tranquille, gracieux et harmonieux, qu'ils reprirent leur promenade dans le bois, s'enfonçant encore plus profondément dans l'ombre. Mélusine regardait toujours le sol, à la recherche de Botrucs et constata avec une moue déçue, que les fées nichaient de moins en moins à l'académie.

    « Zut! »

    Le mot expriment son mécontentement lui échappa, emplit d'un mélange de frustration et de colère. C'est petites créatures magique revenaient chaque année, d'aussi loin qu'elle se souvienne. Leur nombre en baisse cette année, la troublée. Lentement, elle posa sa main sur un des arbres du bois. Ils avaient l’air en bonne santé, fort et vigoureux, là n’était pas le problème. Lorsqu’elle se remit à marcher, tenant toujours le bras d’Eddard, la jeune femme ne fit pas plus de bruit que lui. Tous deux semblaient venir d’un autre monde. Peut-être était-ce là, la particularité qui faisait que Mélusine était une femme si spéciale aux yeux de son vampire ? Peut-être, peut-être pas. En tout cas, ils semblaient bien s’entendre tous les deux, ce qui la ravie. Restait à voir ce que l’avenir leur réservait.

    « Mis à part la tarte au citron, sans meringue, y-a-t-il autre chose que vous convoitez ? »

    La jeune femme n’avait pas choisie ses mots au hasard. Il y avait un double sens, libre à lui de choisir sa réponse. En attendant, la jeune professeur de métamorphose, leur créa d’un geste de baguette négligé, si bien que l’on aurait pu se demander si elle avait réellement utilisé l’artefact magique, deux petits bans surmontés de coussins moelleux, un table ronde recouverte d’une nappe blanche brodé du B de l’académie, une tarte au citron et des boissons chaude. C’est en souriant qu’elle les guida avant de s’installer confortablement et de se servir un tasse de chocolat chaud.

    « Servez-vous ! »

    Tout en attendant qu’il s’installe et lui réponde, elle sirotait doucement, le contenue fumant de sa tasse.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Eddard McAllister

avatar

Famille : Adulte
Date d'inscription : 01/05/2012
Matière Préférée DCFM
Citation S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème.

MessageSujet: Re: Flânerie dans le parc Jeu 10 Mai - 15:23

    Zut ? Mais zut de quoi ? Est-ce contre moi ou contre autre chose ? Je vois que quelque chose l’énerve, mais difficile de savoir quoi. Je me contente donc d’espérer que cela n’ait aucun rapport avec ma personne, de près comme de loin. Je hausse un sourcil d’étonnement devant cet emportement soudain mais ne fais aucun commentaire. Après tout, je ne saurais pas quoi dire, alors autant me taire. Comme l’on dit « Mieux vaut se taire et passer pour un con que l’ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet. » Nous continuons notre marche silencieusement, et je finis par me perdre en réflexions et en possibilités, allant jusqu’à oublier momentanément la compagnie de la demoiselle à côté de moi. Il faut dire que nous ne faisons pas grand bruit, alors facile de nous occulter … En tout cas, celle-ci se rappela à moi bien assez vite, me posant une question qui m’arrache un sourire. Ce que je convoite à part des gâteaux au citron ? Est-ce une question tendancieuse ? Allons mademoiselle, voudriez-vous donc me voir mort ? C’est à se le demander, à force de faire des sous-entendus douteux sur vous … Je souris, amusé. Joueuse, hein ? Je ne sais pas qui est son compagnon, mais je crois que je comprends ce qu’il a pu lui trouver … en partie. Parce qu’elle joue avec le fil du rasoir, là. Je la laisse créer sa table de pique-nique, même si j’ai un peu de mal à comprendre pourquoi elle le fait, mais je ne m’installe pas en face d’elle. Pas encore, en tous cas.

    Au lieu de ça, je me place dans son dos, mes mains, sur ses épaules au départ, remontant pour dégager ensuite sa nuque de ses cheveux. Si elle voulait bouger, elle était piégée. Je ne lui fais certes pas mal, mais ma prise ne souffre aucune réplique : elle restera assise jusqu’à ce que j’en ai fini avec elle. Je lui murmure quelques mots à l’oreille, joueur moi aussi.

    « La vie m’a appris à ne rien convoiter que je ne puisse obtenir … »

    Mes lèvres effleurent son cou et la seconde d’après je suis assis sur le banc face à elle, jambes croisées, une part de tarte dans la main. Mais bien sûr que non je n’allais pas la mordre, je vous ai bien dit que je ne voulais pas mourir de façon aussi bête que ça, non ? Je ne suis pas très combatif, moi. J’avale un morceau de la pâtisserie. Ah, bon Dieu, ce que c’est bon ! Quelle délicieuse invention … Je mourrais pour un morceau de ça, si je n’étais pas déjà mort. Bon, restons un peu sérieux. Je pose mes yeux, sombres, sur elle.

    « Vous jouez un jeu dangereux, mademoiselle. Au final, je crois bien que je n’aimerais pas être votre compagnon. »

    Des mots durs, je le sais, mais je les pense vraiment. Jouer ainsi alors que de sa vie dépend aussi celle de l’autre … elle a bien de la chance que je sois sympa, sinon elle aurait déjà deux trous dans la gorge, quelques litres de sang en moins, voire plus de vie. Or de cette vie dépend celle de l’autre … Et pour rapide qu’il soit, je doute qu’il puisse apparaitre en un claquement de doigts. Même si la vie de son meurtrier serait en danger, il n’est pas impossible qu’un jour ça arrive. Je remange un petit morceau de tarte, finissant en fait ma part.

    « D’ailleurs, puis-je connaître son nom ? J’aime bien savoir de qui je parle, et « compagnon » n’est vraiment pas assez précis … »

    Bon, pour en revenir à ses convoitises … Parce que sinon, j’ai bien peur qu’elle ne me lâche pas les basques sur ça. Je plonge la main dans une poche à l’intérieur de ma veste et en tire une petite carte que je garde tout d’abord en main. Je décroise les jambes, me penchant en avant de manière à m’appuyer des coudes sur la table, posant mon menton sur mes mains, tenant la carte entre deux doigts.

    « Je ne suis pas sanguinaire, je déteste faire couler le sang. S’il y a un hôpital à proximité, je m’en tirerai très bien tout seul. »

    Sur ce, je lui tends négligemment la carte sur laquelle on peut voir, magnifiquement bien imité pour un faux, qu’un certain Eddard James Andrew McAllister est hémophile, sous-entendant pour tout bon médecin qui se respecte qu’il a régulièrement besoin de poches de sang pour survivre. Ah, la technologie et la modernité, que ferait-on sans elles ? Il n’y a pas à dire, ça m’a grandement facilité la vie. Sans bouger, j’attends une quelconque réaction de sa part.

_________________
Prince Charming might be Bloody Unexpected.
Eddard aime beaucoup les gâteaux au citron, à votre bon cœur m'sieurs-dames o/
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine Calaelen

avatar

Famille : Adulte
Date d'inscription : 03/08/2011
Matière Préférée Métamorphose

MessageSujet: Re: Flânerie dans le parc Ven 18 Mai - 17:52

    Mélusine sourit gentiment à son nouveau professeur. Estiment que le jeu avait assez duré, elle s'assagit sensiblement, sans perdre pour autant son amabilité. Doucement, elle lui répondit.

    « Il se nomme Vlad Auditore. Il est professeur à l'Institut Durmstrang. Si vous nous accompagnez au tournoi de cet été, vous le rencontrerez surement. »

    Lentement, elle tendit le bras pour prendre une part de tarte et mordit dedans en fermant les yeux. Trop bon ! Certes, la gourmandise était un des sept pêchers capitaux, comme la luxure, mais elle prenait autant son pied en se vautrant sans scrupule dans l'un ou l'autre. Puis elle revint à un problème plus sérieux.

    « Cela m'embête que vous ayez à faire ses aller-retour. Je vais contacter la clinique de Belbranche, pour qu'elle nous fournisse sur place. C'est une clinique sorcière, il n'y aura donc aucun problème. Vous pourrez même préciser si vous avez une préférence particulière. »

    A Beauxbatons, les professeurs étaient aussi choyé que les élèves. Elle y mettait un point d'honneur.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Eddard McAllister

avatar

Famille : Adulte
Date d'inscription : 01/05/2012
Matière Préférée DCFM
Citation S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème.

MessageSujet: Re: Flânerie dans le parc Lun 21 Mai - 1:00

    Vlad, Vlad … Vlad Auditore … ZE Vlad Auditore ? Naaan ... Mais c’est qu’elle a des goûts de luxe, l’elfette devant moi … En attendant moi, je suis bien … Vlad Auditore … Et m … mince. Oui, c’est ça, mince. J’essaie tant bien que mal de ne pas laisser le trouble paraître sur mon visage, reprenant pour m’y aider une part de gâteau, la mâchonnant d’un air distrait tout en réfléchissant. Mes rapports avec le conseil ne sont pas vraiment des meilleurs, on est même loin de l’entente cordiale. Peut-être parce que j’ai tué un vampire il y a quelques années ? Oh, sans doute, oui. Le fait que j’aie tardé à me signaler, aussi, n’a pas du aider … Je me force à sourire, un sourire un peu mystérieux.

    « Je viendrai assurément. Ce sera un réel … plaisir. Je ne voudrais manquer ça pour rien au monde »

    [Pondu le 4 avril à 23h01]
    Elle-même se servit une part de tarte, me tirant un sourire. Gourmande, hein … Et en parlant de ça, elle parla de mon régime alimentaire particulier. Une clinique sorcière ? Plutôt bon, mais … Trop de risque d’être repéré. Ce ne serait pas raisonnable. Inconsciemment, mon sourire se fige avant de disparaitre, alors qu’un grondement sourd monte de ma gorge pendant qu’elle s’exprime. Des « préférences » ? Est-ce comme cela qu’elle appelle ça ? C’est tellement … Inconvenant ! Je me retiens de ne pas la brusquer, parce qu’au fond de moi, eh bien je dois avouer que je l’apprécie. Mais j’aimerais tellement lui faire comprendre … Mais comment ? Comment pourrait-elle seulement imaginer ce que c’est ? Même si je sais pertinemment que c’est impoli, c’est plus fort que moi, je gronde. Je me surprends d’ailleurs à me dire qu’il est heureux que je n’ai eu aucune tasse en main, elle aurait fini cassée … Un gâchis, vu la vaisselle mise à disposition.

    « Mes « préférences » comme vous dites vont à la discrétion. »

    Le ton est froid et sec. Si elle doutait de m’avoir vexée, la voilà mise au courant.

    « Je ne sais comment votre « Vlad » considère ses repas, mais personnellement, je n’oublie pas qu’ils viennent de vrais personnes. Et si sa condition lui va, eh bien … Moi, je préfère l’oublier. »

    Au moins, c’est dit. Boire du sang en cachette pour survivre, passe encore, mais en parler ainsi comme si de rien n’était, comme si j’étais quelqu’un de normal, comme si on parlait de faire cuire un gâteau et qu’on décidait si on le préférait à la framboise ou à la cerise … Yerk. C’est … Vraiment trop bizarre.

_________________
Prince Charming might be Bloody Unexpected.
Eddard aime beaucoup les gâteaux au citron, à votre bon cœur m'sieurs-dames o/
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine Calaelen

avatar

Famille : Adulte
Date d'inscription : 03/08/2011
Matière Préférée Métamorphose

MessageSujet: Re: Flânerie dans le parc Lun 21 Mai - 16:29

    La jeune femme haussa un sourcil interrogateur. Elle avait du mal s’exprimer car il bondissait soudainement, vexé comme un pou. Elle le laissa terminer, avant de s’expliquer.

    « Je suis désolé de vous avoir courroucé de la sorte. Ce n’en était pas du tout mon intention. De plus, je ne vous demandais pas quel parfum vous préfériez. Je viens de vous dire que je préférais que la clinique fournisse directement l’école, plutôt que vous vous déplaciez personnellement là-bas. C’est de ça que je demandais ce que vous préfèreriez. »

    Elle ne se serait jamais permise de sous-entendre quel groupe sanguin avait sa préférence. Elle trouvait cela déplacé, un peu comme lui apparemment. Il avait tendit, sur la défensive. Qu’avait-il donc à se reprocher pour réagir de la sorte ? D’être un vampire ? Pour en connaitre intimement un, la jeune femme savait bien que cela pouvait être contraignant, mais justement, elle en connaissait un, jusque dans sa noirceur. S’il y avait bien une personne à l’académie sur laquelle il pouvait s’épancher sans crainte, c’était bien elle. Cependant, elle n’en parla pas, il était assez grand pour le comprendre tout seul. Après tout, il pouvait aussi être complexé par son état. Elle se contentât de boire sa boisson et de finir sa part de tarte, regardant le paysage environnant.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
AliciaNoram

avatar

Date d'inscription : 30/04/2013

MessageSujet: Re: Flânerie dans le parc Dim 5 Mai - 17:10

Merci pour vos texte et merci pour l'organisation
Revenir en haut Aller en bas
Amy Pond

avatar

Famille : Falconia
Date d'inscription : 31/10/2013
Matière Préférée Etude des Moldus et des Runes
Citation La vie n'est pas faite que de malheur, croit moi !

MessageSujet: Re: Flânerie dans le parc Ven 1 Nov - 16:18

Amy ne savait pas quoi faire, étant allonger sur l'herbe fraiche du parc, elle ne savait plus quoi faire. Et oui, elle était perdu, elle n'arrivait pas à faire grand chose et puis elle avait eut aucune rencontre, se qui l'avait fortement déçut, c'était la première fois qu'elle était dehors et puis elle venait d'arriver, elle ne connaissait pas grand chose sur beauxbâton, car elle pensait aller à Poudlard. Mais il avait fallut que ses parents partent à Toulouse, donc maintenant qu'ils vivaient à Toulouse elle a été inscrite automatiquement ici. Elle espérait fort si plaire, mais elle était si perdu qu'elle ne savait même pas ou elle allait manger ou encore dormir, tout était nouveau pour la jeune petit écossaise de banlieue. Et oui, car à Toulouse elle vivait dans un coin perdu de cette grande ville de France. Elle avait un accent qui fasciner tout le monde, bien que la lionne ne trouvait pas cela étrange, bien au contraire elle en avait prit l'habitude, tout les matin, il y en avait au moins un qui la regarder avec des yeux rond en attendant que la Pond vienne à dire un mot en anglais, et chaque fois, la jeune fille disait "aller vous me laissez tranquille ?", mais rien de tout cela ne fonctionner, ils continuaient à la harceler.
Revenir en haut Aller en bas
http://Poudlard12.com
Ellindra

avatar

Famille : Cerconor
Date d'inscription : 12/04/2012
Matière Préférée Divination
Citation La musique est le langage des émotions

MessageSujet: Re: Flânerie dans le parc Sam 2 Nov - 18:09

[Ouvre un nouveau sujet]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Flânerie dans le parc

Revenir en haut Aller en bas

Flânerie dans le parc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Promenons-nous dans le parc pendant que le lapin n'y ais pas... Oh wait...
» Dans un parc
» Un marsmallow perdu dans un parc d'attraction[Pv Lise]
» Quoi de plus tranquille que d'être seule dans un parc ? [PV Luuna Mc Gregor]
» Une jolie fleur dans le parc {Molly}
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Beauxbâtons :: CHÂTEAU (RP) :: Extérieurs :: - Le Parc --